Le cartable du Cycle 3

La fête de la musique avant l’heure en cycle 3
Les élèves de cycle 3 ont eu la chance de bénéficier de l’intervention de Marie, professeur de musique à l’école Intercommunale de Musique du Cap Sizun. Sur 15 séances les enfants se sont essayés à divers instruments, appris de nombreux chants, …Les plus grands ont travaillé l « oreille » en frappant le rythme, en relevant les temps sur les supports auditifs et en s’essayant à l’écriture de phrases rythmiques à l’aide d’instruments ou tout simplement de leur voix et de leur corps. L’apport lexical a été à la hauteur des interventions : tempo, rythme, hauteur, polyphonie, polyrythmie, pulsation, accumulation, et …même stripsody …à vos dictionnaires…
Ce long et enrichissant travail se poursuivra en classe et aboutira au spectacle musical présenté aux familles au théâtre Georges Madec vendredi 19 juin 2015.
musique

 

 

Préparation du tournoi des 6 nations….euh pardon des 6 écoles !
En prévision de notre rencontre des écoles du cap, Christian Marc, animateur sportif UGSEL est venu nous initier aux règles de bases du rugby :
LES 5 LOIS DU RUGBY Ne pas se faire mal. Ne pas faire mal. Respecter l’arbitre. Respecter son partenaire. Respecter son adversaire.
E n cas de non respect des lois, la règle doit être annoncée et claire : exclusion temporaire de l’activité.
4 règles fondamentales :
1 – La marque : pour marquer (essai), il faut “aplatir” le ballon dans l’en-but adverse avec la partir supérieure de son corps (entre le cou et la ceinture). Il faut le presser au sol avec la main ou le buste.
2 – Le tenu : cette règle impose au joueur qui n’est plus sur ses 2 appuis naturels et ne peut plus avancer de lâcher le ballon, vers son camp. Ex : on lâche le ballon si une main ou un genou est au sol.
3 – Les droits et devoirs : droit de défier physiquement l’adversaire dans les limites de la règle (pas de poing en avant, etc.) Droit de s’opposer physiquement au porteur de balle (ceinture, placage) dans les limites de la règle (pas de croche – pied, cravate : arrêter haut avec le bras)4 – ‘ 4 – Le hors jeu (non appliqué )

Le placage : comment ? Le contact étant un élément essentiel dans le jeu du rugby, enlever cet aspect enlève le sens de l’activité ! A la place de placage préférer retenir l’idée à l’école : d’empêcher le porteur du ballon d’avancer ! Attention ! On ne peut s’opposer qu’au porteur du ballon. Les enfants défenseurs doivent être confrontés au choix d’arracher le ballon ou d’immobiliser l’adversaire. Commencer par toucher (toucher des 2 mains à la taille), puis par ceinturer (il faut alors être clair : « quand j’ai tenu l’attaquant au niveau de la taille, il s’arrête et doit lâcher le ballon ») ; poursuivre l’apprentissage par amener l’attaquant au sol avec moi (je l’accompagne dans ma chute = le placage).

L’en – avant : Il y a en – avant si le ballon passé ou lâché prend la direction de la ligne d’en-but de l’adversaire. Il faut passer la balle vers l’arrière pour avancer !

 

Jeudi 20 novembre : Témoignage de Florence Le Gouil, famille d’accueil pour enfants
handicapés
Dans le cadre de notre approche de l’autisme, Florence est venue dans notre classe pour évoquer son quotidien auprès d’un enfant autiste accueilli à son domicile depuis maintenant 6  ans.
Elle nous a d’abord présenté les différentes sortes d’autismes :
– les déficients intellectuels : «La personne ayant une déficience intellectuelle a une
capacité plus limitée d’apprentissage et un développement de l’intelligence qui diffère
de la moyenne des gens.»
– ceux qui ne communiquent pas du tout
– le syndrome d’Asperger : la personne est douée d’une grande intelligence.Pour une personne autiste,  l’autre n’existe pas.
Ensuite, elle nous a donné une définition des troubles autistiques : La personne autiste :
– est enfermée dans son monde ; pour l’en sortir il suffit de le toucher.
– est attirée par les objets techniques (démonter et remonter une télécommande et cela
plusieurs fois et elle le fait de manière minutieuse) – est sensible à l’intonation de la voix : il ne faut pas lui parler de manière injonctive mais
sur un ton neutre.
– est perdue si on lui donne une consigne complexe ; il est nécessaire de lui dire les choses
une par une et pour cela l’encadrant doit être très disponible.
– s’angoisse si les choses ne lui sont pas expliquées. Par exemple, si elle demande ce
qu’elle va faire dans la journée, il faut lui expliquer pour la rassurer. Le signe de l’angoisse
se traduit par un balancement du haut du corps d’avant en arrière. La très grande angoisse peut s’exprimée par de l’auto-mutilation.
– a besoin d’être sécurisée. Le lit est placé contre le mur et les couvertures ou autre
couette doivent être bordées. Tout comme le petit-déjeuner est servi sur un plateau afin de poser des limites autour comme des frontières, il ne faut pas laisser d’espace. Il est conseillé de lui faire faire des mandalas, du pochoir…
– est éblouie par le blanc et a la peau des grands brûlés sans les stigmates (traces). Elle n’a pas
« l’impression » d’avoir une enveloppe corporelle.  C’est-à-dire elle peut se mettre en maillot de bain l’hiver et s’habiller chaudement l’ été.
– n’aime pas les cris. Elle va s’isoler en plaquant ses mains sur ses oreilles.
Le parcours professionnel de Florence:
– a travaillé dans un foyer pour adultes handicapés.
– a demandé un agrément pour devenir famille accueil et a fait 2 ans de formation en
psychiatrie (Spécialité médicale dont l’objet est l’étude et le traitement des maladies
mentales,) et en psychopathologie (étude des maladies mentale et leurs causes)
 florence
Les sciences en cycle 3
En première période nous travaillé sur les ombres.
Nous avons utilisé des objets opaques et une source lumineuse pour créer des ombres et expliquer le phénomène. Nous avons ensuite étudié les sources d’énergie. Nous avons trié
des images en 3 groupes : sources d’énergies, énergies produites et enfin leur utilisation. Nous les avons classé ensuite en deux familles : renouvelables et non renouvelables.
Désormais nous étudions la respiration. La maîtresse nous a sensibilisés, à travers une vidéo, aux jeux d’étouffement tels que la tomate très dangereux pour notre corps. Nous avons observé la modélisation d’un poumon et l’action du diaphragme sur les poumons.
Kairan, Mathéo R et Loïz
Projet handicap en cycle 3
Au mois de mai nous avions participé à la grande fête Oé des Cycle 3. Nous avions eu une première sensibilisation au handicap.La fédération handisport est venue le 16 octobre à l’école : nous avons fait un match de basket fauteuil et effectué un parcours en aveugle. Nous avons réalisé la gravité du handicap et l’importance de prendre soin de notre corps.
Le handicap sera le fil conducteur de notre classe cette année. Le 13 octobre, nous avons participé à la dictée ELA et nous avons commencé un cycle endurance afin de nous préparer à La course BATS LA MALADIE ET METS TES BAKETS.
Nous avons également lu La clé des songes de Régine Joséphine et visionner le dessin animé
Mon petit frère de la lune pour découvrir l’autisme.
Lucas, Mathéo B. et Léo
Course d’orientation octobre 2014
Nous avons fait de la course d’orientation pendant la première période. Nous avons appris à nous servir d’une boussole et d’un plan en faisant des petits exercices rigolos (écrire les points cardinaux sur une feuille et les faire chercher à nos camarades à l’aide de la boussole..). Nous avons aussi étudié le plan : il fallait cacher des balises et les retrouver à l’aide du plan de l’école.Le jour de LA GRANDE COURSE D’ORIENTAION, des parents, grand-parents et Aurélie nous ont rejoint à l’école pour encadrer les 6 équipes. Nous sommes partis à la chasse aux balises sur la commune et nous avons dû relever des mesures d’angle à l’aide d’une feuille de route. Nous sommes tous revenus enchantés à l’école où nous attendait un bon goûter.
Merci aux adultes accompagnateurs, à la commune et aux commerçants qui ont accepté la pose des balises.
Noëmie, Dylan et Victor
L’art pariétal
Nous avons fait de l’art pariétal car nous étudions la préhistoire. Nous avons commencé par dessiner des animaux préhistoriques sur une feuille blanche. Marie-Laure nous a ensuite donné du papier kraft. Nous en avons déchiré les bords et l’avons bien froissé afin de lui donner l’
aspect de la pierre. Nous avons apporté différentes épices et terres de la maison.
Nous avons reproduit des animaux sur notre papier kraft, avons mélangé les épices, les terres avec de l’eau et de la colle. Avec ces mélanges, nous avons peint nos animaux et repasser les
contours au fusain. Nous avons virtuellement visité les grottes de Chauvet et Lascaux afin de nous préparer à ce travail.
Léopold, Enora et Morgant
Quand les arts et les sciences se rencontrent…
Après nos expérience et la leçon « leviers, balances et équilibres », nous nous sommes engagés dans la conception d’un mobile catamaran/animaux de la mer. Cela nous a permis de faire du lien également avec le cycle voile que nous avons achevé le 30 juin.
L’idée a été de concevoir des catamarans avec seulement des matériaux de récupération ou déjà dans les armoires de l’école.
Matériel : paille (mât), carton plume ou ondulé (trampoline), trombone (écoute), protège-cahier (grande voile et foc), pique à brochette (fléau), maïs à coller (coques) et fil de pêche.
Les animaux de mer ont été fabriqués en plastiroc. Nous avons ainsi décoré le couloir de l’étage avec nos œuvres collectives.